notre équipe

Elissavet

Créateur de voyages Photo of Créateur de voyages Elissavet

Je me souviens quand j’avais presque 17 ans, une amie m’a demandé si j’avais des plans pour l’avenir. Franchement, je n’avais aucune idée.

Je n’avais que des images dispersées  de moi-même au futur.  Comme des photos. La seule chose que ces images avaient en commun c’était qu’il s’agissait toujours des terres et des cultures lointaines.  Pendant mon enfance, je rêvais souvent de la vie à l’étranger. C’était ce changement continu et un enthousiasme pour les nouvelles expériences  qui m’attiraient.

Ignorant que la vie à l’étranger ne signifie forcément pas faire des chevauchées avec des indiens d’Amérique, ni partir à la découverte des trésors cachés comme Indiana Jones, ni  être traductrice pour les Nations Unies, j’ai fait de mon mieux (inconsciemment) pour réaliser mon rêve : quitter un environnent trop protecteur, bien connu comme  « le nid familial» . Ainsi, trois années plus tard, ma vie a été bouleversée : j’ai eu exactement ce dont j’avais envie. Un billet pour aller étudier à l’étranger.

On dit que l’ignorance c’est le bonheur et je suis absolument d’accord. Je n’avais aucune idée que les années suivantes allaient être les plus joyeuses et en même temps les plus difficiles de ma vie. Si vous avez quitté le nid familial, vos amis d’enfance et tous les privilèges d’être la benjamine, vous allez me comprendre. D’un coté, je pensais « Génial ! Je m’amuse comme jamais ! » (même si cela vous paraît un peu banal, c’était absolument vrai dans mon cas). Pourtant, de l’autre coté des personnes que j’estimais trop quittaient ma vie laissant une marge pour des autres à venir….et partir à leur tour… je suppose que c’est la vie, non ?

De mes 21 ans jusqu’à mes 25 ans, j’ai changé trois pays différents. Vous serez probablement d’accord que j’ai eu plus que j’en avais souhaité. Depuis les trois dernières années,  j’habite ici, à Athènes. L’amour m’a emmenée en Grèce. Et c’est ici, dans le pays des grands philosophes que je suis arrivée à comprendre une chose : la mentalité des immigrants et des expatriés. Cette sensation inhabituelle de devoir être courageux (même si on ne l’est pas), de se faire une vie à partir de zéro, de devoir s’introduire encore et encore, de comprendre le manque de compréhension des autres, de se faire de nouveaux amis, de lutter pour être accepté, d’apprendre à être rejeté, de faire des compromis, de vivre sans grands conforts et d’avoir l’esprit ouvert. Tout cela mélangé à un sentiment de nostalgie extrême…

Cela paraît magnifique, non? Pas du tout. Mais cela paraît à une vie et pour moi, c’est suffisant.

Vous savez, même si je ne m’attendais pas à tout cela quand j’avais 17 ans, avec mon image idéalisé de la vie à l’étranger, mais en fin de compte je suis reconnaissante de tout ce que j’ai déjà appris. Ces expériences m’ont fait beaucoup plus forte et m’ont fait repousser mes limites personnels. Je crois que je ne changerais rien.

Photo of Fondatrice Tina.

Tina

Fondatrice

En 2010, la crise a frappé la Grèce et le pays a sombré dans le chaos. Je me suis trouvée sans travail, sans voiture, sans assurance maladie plan médical et loin de la perspective d’un nouvel emploi. 

Lire la suite
Photo of Guide Andreas.

Andreas

Guide

J’ai grandi dans un quartier athénien appelé Nea Smyrni. Ses premiers habitants ont été tous des refugiés de l’Asie Mineur. Les gens du quartier sont très fiers de leurs origines ; ils respectent l’histoire car la plupart de leurs ancêtres ont péri  ou ont dû émigrer suivant la fin de la guerre entre la Grèce et la Turquie. 

Lire la suite
Photo of Guide Diana.

Diana

Guide

Je suis une personne qui adore les couleurs. Chaque fois que je dois choisir des lunettes, de nouveaux vêtements, un sac à main, mon choix c’est toujours celui qui a les couleurs les plus claires. Je pensais qu’il s’agissait juste de mon propre instinct, mais je me suis récemment rendue compte que ce fait est directement lié à mon lieu d’origine.

Lire la suite
Photo of Guide Tania.

Tania

Guide

J’avais presque cinq ans et je participais à une fête scolaire .Vêtue d’un costume traditionnel comme tous les autres membres de la « troupe », j’attendais patiemment à réciter les vers d’un poème que j’avais appris par cœur à grand-peine. C’était enfin à mon tour de monter sur scène. Mais, le moment où je me suis posée derrière le microphone, j’ai eu un trou de mémoire et ma bouche s’est séchée. Des larmes roulaient sur mes joues. Complètement terrifiée,  j’ai jeté un coup d’œil à mes camarades  qui étaient réunis derrière les coulisses. Vêtus de leurs costumes rigolos, ils attendaient d’interpréter leurs rôles.

Lire la suite
Photo of Guide Vassia.

Vassia

Guide

Il y a un livre que j’aime beaucoup. Il finit avec cette phrase : « il n’est jamais trop tard d’avoir une enfance heureuse ».

Je n’avais que 20 ans quand je l’ai lu et mon enfance avait été relativement heureuse. Mais j’ai la tendance de prendre les choses écrites dans les livres très au sérieux. Pourquoi l’auteur avait-il choisi de finir un livre sur une histoire d’amour improbable avec cette phrase-là ?

C’était en cette période-là que j’ai commencé à voyager.

Lire la suite
Photo of Créateur de voyages Lena.

Lena

Créateur de voyages

Pendant le programme d’intégration de mon master on devait travailler en équipe et accomplir certaines tâches extérieures de façon efficace. Une tâche impliquait la descente en rappel d’ une falaise escarpée. Naturellement, quand je leur ai annoncé que je souffrais d’acrophobie, ils m’ont assigné la tâche.Quand j’ai atteint le sommet et je devais me jeter du haut de la falaise, j'étais paralysée. C’était le moment le  plus humiliant de ma vie.."

Lire la suite
Photo of Guide Niko a.k.a. Rude.

Niko a.k.a. Rude

Guide

C’était à la fin du collège quand j’ai découvert le graffiti, même si ma fascination pour la peinture et les arts m’avait déjà frappé la porte depuis longtemps.Mon nouveau loisir a commencé à occuper une grande partie de mon temps « précieux » que j’aurais dû consacrer à mes études pour l’école. Il était temps de passer à l’action..

Lire la suite
Photo of Guide Christina.

Christina

Guide

Malgré mon amour pour la Grèce, à mon retour après plusieurs années passées à l'étranger, je ne me sentais pas comme si je faisais partie du pays que j'aimais. J'étais déroutée par les gens -je ne les comprenais vraiment pas- et j'ai songé repartir à l'étranger à nouveau. J'ai changé plusieurs fois de travail avant de me rendre compte que je n'étais pas à la recherche de l'emploi parfait, c'était le changement lui-même, le sentiment de voyager au sein de ma propre vie.

Lire la suite

"We learned about the area, history of LGBTin Athens, local hot spots, and much more. At the end of the night it was like we were locals and apart of her circle of friends. A MUST in Athens if you are LGBTQI."

Ady S

"Tour was awesome! Nice and intimate and Nikos was an awesome guide. So much knowledge about the city and street art and food!! Highly recommended :-)"

Colette

"Our guide was excellent. He not only took us to try some great food, but showed us parts of Athens that we could not have found ourselves. I would recommend this tour to others."

Paul M